Une lettre félonne

Éleuthère
Catégorie
Information générale
Est félon, dit en bref le dictionnaire, celui ou ce qui manque à la loyauté. 
Est loyal celui ou ce qui suit les règles de l’honneur et de la probité.

Le 16 avril 2020, un porte-parole des membres du Bureau National, dit majoritaire, a proposé de participer à un putsch pour sauver l’UPR contre le Président, Monsieur François Asselineau.

Un simple adhérent ne connaît pas les arcanes de son parti, réservés à des initiés. Mais, quand un putsch heureusement avorté s’est déchaîné en laissant après lui des accusations morales troublantes et de délétères séquelles, il est ébranlé d’autant plus violemment qu’il s’est engagé d’abord et avant tout sur la foi de la probité du Président, et, bien entendu, sur la pertinence de ses vues.

Le voilà désorienté et de chercher à connaître la vérité. Mais c’est tâche difficile là où des crapauds répandent leur bave venimeuse depuis de ténébreux marécages. On a beau se répéter l’idyllique proverbe français « La bave du crapaud n’atteint pas la blanche colombe. », on sent et on sait qu’elle souille l’honneur.

Éleuthère, lui aussi, n’est qu’un simple adhérent attristé par une telle trahison. Il a déjà écrit sur le site upr51.fr de petits articles qui s’honorent de la vérité et auxquels il renvoie. Vous observerez qu’il signe d’un pseudonyme. Ce sont des idées qu’il met en avant et non sa personne qui veut s’effacer derrière elles.

Il a peur que cette ignoble affaire crée une hémorragie d’adhérents honnêtes et, de ce fait, affaiblisse sensiblement la cause suprême que nous défendons, à savoir le Frexit.

Voilà pourquoi il se dresse pour rechercher la vérité et la dire et pour construire une confraternité de combat. Chacun doit songer au but qui nous unit, et non à nos différences qui divisent et se dire moi aussi je vais combattre en répandant la connaissance de faits incontestables autour de moi. Point de mensonges, point de calomnies, toute la vérité, rien que la vérité.

La lettre des factieux doit être aux mains des adhérents, par souci du contradictoire.

Que ceux qui connaissent le droit excuse ces précisions. Nul n’est censé ignorer la loi, dit-on. Et pourtant beaucoup de citoyens l’ignorent, faute de formation C’est à ceux-là que je songe pour qu’ils comprennent ce qui est dit.

Il est un principe de droit sacré, appelé principe du contradictoire qui veut que les parties qui s’opposent se soient exprimées. Profitons-en pour ajouter le principe sacré de la présomption d’innocence selon lequel un accusé doit être tenu pour innocent tant que l’affaire n’est pas définitivement jugée.

La partie antagoniste s’est exprimée par sa lettre du 18 avril 2020. Il est de bonne justice qu’on la fasse connaître, d’où sa production ci-après.

Le prochain article sera donc la longue réplique à cette lettre, solidement argumenté et imparable.

Éleuthère