Que la révolution pacifique des Gilets Jaunes ne s'égare pas !

Jean
Catégorie
Information locale


Le signataire de cette adresse aux Gilets Jaunes est  un ouvrier de la première heure, mais qui ne méprise pas les ouvriers de la dernière heure, pour peu que, conscients de leurs erreurs passées, ils s’en détournent.

Leurs erreurs ? Sont-ce bien les leurs ? Sont-ce bien les nôtres ? Ne sont-elles pas véritablement celles dont beaucoup d’entre nous ont été victimes et qui nous ont dressés les uns contre les autres, en nous parquant dans des rangs, les uns de droite, les autres de gauche ou en nous bannissant à l’extrême droite ou à l’extrême gauche.

Ce jeu de l’alternance, que, par ruse malhonnête, les manipulateurs de l’opinion et leurs séides politiciens et syndicalistes ont osé appeler démocratique, est la vieille arme pour affaiblir le peuple et ses volontés, en le divisant en factions hostiles les unes aux autres. C’est tout simplement l’application de la tactique bien connue qui se résume dans l’axiome ainsi formulé : je divise, pour régner.

Mais qui a intérêt à diviser ? Toujours le même : Mammon, cette idole insatiable d’argent, qui sacrifie l’humanité et l’asservit à ses profits colossaux, au  cruel détriment de tout le reste de l’humanité. Certains d’entre nous se souviennent du culte du Veau d’or  que le livre biblique juif de l’Exode raconte. Ceux-là mêmes qui devaient servir le vrai Dieu, celui de la Vérité intangible, de la Justice parfaite et de la Bonté exercée envers tous, et surtout envers les plus démunis, ont choisi de vénérer le Veau d’or, pour le malheur de l’humanité entière. Appliquons cette information biblique à la situation présente : Macron n’est-il pas un fils chéri de la banque Rothschild ? Que les agnostiques et les athées veuillent bien excuser cette référence biblique ; elle est faite dans le seul but d’éclairer le propos par une vive lumière surgie du passé !

Cette tactique de division, le mouvement  des Gilets Jaunes l’a bien comprise. Depuis un certain temps, le peuple ne tenait-il pas dans un souverain mépris les partis politiques et syndicats traditionnels qu’il accusait, non de le servir, mais de l’utiliser pour  servir leurs intérêts personnels ? Ne dénonçait-il pas la mascarade de la Confédération européenne des syndicats (CES) dont sont membres la CFDT, la CFTC, la CGT, la CGT-FO et l’UNSA et à laquelle le FSU a demandé son adhésion? La CES est financée par dizaines de millions par la Commission européenne ; on ne crache pas dans la main qui donne !

L’oligarchie financière, qui dirige à son seul profit, a besoin de serviteurs thuriféraires qu’elle appâte par de bonnes miettes, qu’elle retient dans ses filets par l’octroi de postes, de promotions ou de prébendes ou par les menaces et dont elle se sert pour bonder ses coffres-forts.

Le peuple a bien compris cela et, pour le manifester, s’est revêtu de gilets jaunes, sur le corps ou dans l’âme. Ce serait trahir l’esprit profond du mouvement que de s’accoquiner avec les partis politiques ou les syndicats traditionnels, tous coupables depuis plusieurs décennies de la misère présente. Ce serait aller à un échec certain et irrémédiable.

En effet, ceux qui tenteraient ce copinage s’inséreraient dans un système de fieffés coquins que, pourtant, ils condamnent et  où ils seraient absorbés et asservis à des lois inhumaines. Rien ne s’améliorerait, tout s’aggraverait.

Le soulèvement des Gilets Jaunes a fait naître l’espoir d’un changement radical. Ce n’est pas pour s’intégrer aux partis politiques ou syndicats traditionnels, ce qui entraînerait une mort rapide de cette révolution en marche.

Certains Gilets Jaunes rêvent de créer un parti et de se présenter aux élections européennes. S’il est réalisé, ce projet entraînera de fâcheuses conséquences. D’abord, il causera  chez les Gilets Jaunes une division qui les affaiblira considérablement et les conduira à leur perte. C’est justement ce que trame le pouvoir et  il est permis de se demander si ces diviseurs ne sont pas des infiltrés de Macron, voire de partis existants qui, eux aussi, ont intérêt à affaiblir la révolte présente. Ensuite, il fragmentera les suffrages des électeurs et favorisera sans conteste la réélection de Macron qu’ils déclarent combattre.

Leur rêve apparaît clairement insensé, lorsque l’on prend en considération leur résultat électoral prévisible. En effet, ils ne pourront obtenir au mieux que quelques sièges, et ils ne pèseront que leur poids qui ne sera pas lourd, a fortiori si leurs élus ne sont pas intellectuellement armés pour affronter la jungle européenne. Mais, quand bien même ils le seraient, le char qu’est l’Union européenne continuera malgré eux à écraser l’intérêt des peuples européens et à semer derrière lui une pauvreté croissante.

Face à cette division nuisible à la grande cause du peuple français et des peuples frères européens, que doivent faire les  Gilets Jaunes qui la réprouvent ?

Ecoutons la voix sensée de ce médecin lui aussi Gilet Jaune. Sensée, en effet, car, insensible aux mensonges des propagandistes pro-européens, il a compris que la cause réelle  de nos malheurs, c’était précisément cette Union européenne, et, avec elle, l’euro et l’OTAN. Il en a tiré la juste conclusion inscrite sur son gilet jaune « FREXIT », c’est-à-dire quitter l’Union européenne, pour retrouver en tout notre souveraineté sans laquelle rien de bien ne peut advenir, revenir au franc, car la monnaie est une marque et un facteur d’indépendance nationale, ne plus être tributaires de l’OTAN  pour ne pas être engagés dans des conflits armés que d’autres provoquent pour assouvir leur ambition de dominer le monde et assurer leurs intérêts propres, au détriment des peuples victimes.

Il nous restera à choisir, lors des élections européennes prochaines, le candidat qui s’engagera à rendre à la France sa pleine souveraineté, gage d’espoir et d’amélioration, en quittant l’Union européenne, en rétablissant le franc, en n’adhérant plus à l’OTAN. Ce choix sera quelque peu délicat, car certains partis se disent souverainistes, mais refusent de quitter l’UE, l’euro et l’OTAN. Ce refus les met au rang des imposteurs dont il faudra se détourner.

Oui, voilà la tâche impérative des gilets jaunes : étudier les effets néfastes de l’Union européenne, propager autour d’eux ces informations pour que chacun comprenne la nécessité absolue du FREXIT, si l’on veut changer radicalement les choses.

C’est cela,  la véritable révolution pacifique qui produira de doux fruits, en épargnant à notre France les fruits amers du sang versé. Et l’on pourra proclamer alors avec un poète bien français :

 « Et les fruits passeront la promesse des fleurs ».