Dialogue 1 avec les Gilets Jaunes

Jean
Catégorie
Information locale

Votre dégoût des politiciens traditionnels vous a conduit à rejeter leurs partis et à vouloir un mouvement apolitique en dehors d’eux. Vous avez mille fois raison.

Votre mouvement veut réunir tous les citoyens qui souffrent de leurs décisions passées et de celles de Macron, plus nuisible encore que ses prédécesseurs. Vous invitez chacun d’entre vous à renoncer aux préjugés partisans que ces castes politiques nous ont sournoisement inculqués pour nous diviser et à retrouver son indépendance d’esprit. Maintenez contre vents et marées cette volonté qui assure votre union.

Mais rappelez-vous ce conseil machiavélique qu’on donne aux dirigeants de tous poils : Divise pour régner. Vous savez que tout mouvement de masse est infiltré par des forces de division. Le vôtre ne peut échapper à cette règle. Vous avez sans doute vu sur Internet une vidéo où des Gilets Jaunes ont invité l’étrange Philippe Argillier. Sans parler de lui ni de sa volonté affirmée de vous aider, la salle a donné une très mauvaise image des Gilets Jaunes dont quelques participants ont déclaré avoir eu honte. Moi aussi, j’ai été fort attristé en pensant que de tels comportements nuisaient gravement à votre mouvement. Ne tombez surtout pas dans ces foires d’empoigne et sachez écouter et vous écouter les uns les autres.

Pourquoi donc cette compréhension de l’UPR envers votre mouvement ? N’allez pas penser à une tentative de récupération. Cette sympathie pour votre mouvement s’explique par le fait que notre propre mouvement est lui aussi un rassemblement du peuple qui rejette les partis traditionnels, traîtres aux volontés des Français, et qui réunit des citoyens de toutes origines, de toutes convictions politiques, philosophiques ou religieuses. En entrant chez nous, l’adhérent renonce à ses préjugés de toute nature pour défendre de justes idées, dans le seul intérêt de la France et des Français et dans une amicale entente.

Aujourd’hui, j’aimerais soumettre à votre jugement le principe de l’alternance politique que les partis traditionnels présentent comme éminemment démocratique. En fait, ce n’est pour eux qu’un stratagème pour se renvoyer le pouvoir. L’un nous a trompés et déçus, l’autre exploite alors notre déception, en nous faisant de fallacieuses promesses pour attirer à lui nos voix. Et c’est une ritournelle à laquelle nous avons la faiblesse de céder.

Entendez actuellement les partis politiques. Ils déclarent que vous agissez en dehors de leur cadre républicain. Vous vous êtes soulevés, justement pour sortir de ce cadre qui nous emprisonne et qui nous a nui gravement. Gardons notre cap.

Ils vont nous refaire le coup pour les prochaines élections européennes, à seule fin de conserver leur poste et ses avantages. Ne les croyons plus. En fait, que ce soit l’un ou que ce soit l’autre, il fera la politique imposée par l’Union Européenne, sans pouvoir satisfaire nos volontés. Ils continueront à nous tromper. Ne votons plus, ni pour l’un, ni pour l’autre.

L’alternance démocratique comme éminemment politique ? Quelle galéjade ! En fait, il n’en est rien : quel que soit le candidat élu, il devra mener la politique économique et sociale imposée par l’Union Européenne, qui est définie dans les Grandes Orientations des Politiques Économiques ou GOPÉ, et non pas celle qu’il vous aura mensongèrement présentée. Voici celles de l’année 2018-2019 expliquées par l’UPR :

La feuille de route économique et sociale d’« Emmanuel Macron » est mise à jour : les grandes orientations des politiques économiques (GOPÉ) 2018-2019

S’il ne le fait pas, le contribuable français devra payer de lourdes amendes :

GOPÉ : des sanctions pour de simples recommandations ?

Afin que nous ayons une chance de faire triompher nos volontés communes fort légitimes, la seule solution est de quitter l’Union Européenne. Y rester, et ce serait le triomphe des volontés européennes de l’oligarchie européiste, nuisibles aux nations, et non les nôtres. En partir, c’est nous donner les conditions favorables pour assurer notre propre triomphe.

L’UPR est le seul parti à demander la sortie de l’Union européenne, de l’euro et de l’OTAN, sans parler d’un petit parti schismatique qui la singe et qui, s’il était désintéressé, aurait dû nous rejoindre. Voilà l’analyse que je soumets à votre jugement dans un esprit de fraternité.

Il vous appartient de juger.

Amical salut à tous. Jean